Fin aout, la team Gunki s’active sur les réseau sociaux pour faire connaitre leur nouvelle compétition de street fishing, aux pays bas, dans la ville de Rotterdam. Sur le coup je ne fais pas très attention, ça ne semble être qu’un street de plus… Le vieux tourangeau, Morgan, Yannick et plusieurs amis indiquent qu’ils participent et en font une bonne pub. Il va quand même falloir jeter un petit coup d’œil… 

1

24 heures de pêche non stop, nuit et jour, par équipes de trois et sur un terrain de jeu de plusieurs dizaines de kilomètres, dans une des plus grandes villes d’Europe, on ne peut pas dire que les gunki guys font les choses à moitié ! 30 équipes sont prévues, de plusieurs nationalités, ça semble être un bon trip, aller je me lance…

Il ne restait plus qu’à motiver deux potes et s’inscrire pour ce street extrême. Il y à 3-4 ans, il aurait été aisé de motiver deux autres NoStressFishing, mais avec la désaffection des streets nationaux, et le mois de septembre très chargé pour la plupart d’entre nous ça devenait difficile.

2_2011

La première pêche avec arnaud avait bien marché (street de Montereau en 2010)

Une petite discussion avec Morgan, me fait savoir que deux de ses potes cherchent à former une équipe, Arnaud et Romain. Banco, j’avais apprécié pêcher avec Arnaud il y quelques années, lors du street de Monterault, et le peu que je connaissais de Romain ne me déplaisait pas.  Ces deux gars pêchent très bien et sont habitué de ce type de concours, ça fera une équipe efficace et qui devrait être agréable…

L’inscription part dans la foulée, et je scrute régulièrement la liste des inscrits. Yannick à l’organisation, Morgan, les Tourangeaux, et la pluparts des streeteux Français que j’appréciais croiser du temps de l’AFCPL sont de la partie, ça fera plaisir de les retrouver ! 

3

Au final 45 équipe de 10 nations ont répondus présent !

Après avoir glané chacun de notre côté des informations sur le secteur,  on se brief plusieurs fois par téléphone… Grande inconnue de Rotterdam, les marrées qui risquent de fortement influencer la pêche. Niveau matos, il faut tout prévoir, en grande quantité et dans tous les grammages. Fort courant et fond gourmand en leurres nous sont annoncés, il ne faudra pas manquer de munitions.

Mais il faut surtout de grandes épuisettes, la pêche se faisant bien souvent du haut de grands quais portuaires. Chacun prend une partie du matos, les billets de trains sont commandés, ne reste plus qu’à attendre le bon weekend.

P1030693

Des quais de parfois 5m de haut ne simplifient pas la pêche !

Vendredi 26 septembre, 4h30 du mat, c’est à peine réveillé que je prends la direction de Guingamp et le TGV, en route pour un très long weekend ! Grand sac de randonnée, 3 cannes dans la main, une épuisette géante qui pendouille en haut du sac, une chose est sure, je ne passerais pas inaperçu !

Petite escale à paris, changement de gare et donc balade dans le métro avec tout mon bordel. Comme vous pouvez vous en douter, je réussis tout de même à me faire remarquer, en me coinçant dans le portail du métro. Et oui, ce n’est pas prévu pour un grand sac de rando et une épuisette ces truc la… ^^  Une personne sympa me file un coup de main (probablement un touriste en transit, hein, on est à Paris), en 2 seconde je me libère, direction le Thalys et le plat pays.

1385897_10202537904600947_7643927996324362921_n

100% pêche urbaine mais dans une ambiance très agréable

13H30, me voilà en gare de Rotterdam, ne reste plus qu’à trouver l’hôtel, plein sud, suivre le chemin qui descend (enfin tout est relatif, niveau relief, ce n’est pas les pays bas pour rien) et poser le merdier dans l’hotel.

Après une demi-heure de marche et quelques litres de sueurs perdus (qu’est-ce que je peux mettre comme bordel dans ce sac) je rencontre le staff Gunki en pleine préparation. Le bonjour, 5 minutes de discussion et direction le bord de l’eau, j’ai hâte de voir les premiers poissons locaux.  

Arnaud et Romain arriverons plus tard, je prospecte donc la partie la plus lointaine (rive sud), leur laissant la proximité de l’hotel pour leur arrivée tardive. En 4 heures de pêche je ferais plus de 5km de rive, mais sans voir le moindre poisson. 

24

 L'équipe au complet

Tous les sites que j’avais repéré sur le net sont vides, un fort vent gène la pêche, je ne trouve pas les bons postes ni les bonnes techniques. Sa promet pour demain, si on se tape 24h comme ça, ca va être bien long.

Je rejoins mes 2 compères, ce n’est pas mieux de leur côté, mais leurs sites semblent meilleurs, on les testera en premier demain. Mise au point rapide de la stratégie, 2-3 bières, la plus mauvaise pizza de toute ma vie (noisettes-champignons… c’est peut-être excellent séparés, mais ensembles sur une pizza c’est juste une horreur) et on ne traine pas, demain debout 8h pour une très longue journée.

Réveil difficile mais la motivation est la, ptit dej, briefing, rencontre des binômes et départ pour le plus long street de l’histoire… A cause de nos résultats de la veille, nous n’avons pas vraiment de poste précis en tête et attaquons en face de l’hotel dans la partie « big water ». 

P1030692

Moment de doute : quelle stratégie adopter !

Calme plat pendant près de trois heures, que ça soit dans la partie large comme dans les canaux annexes. Ça commence mal, va falloir débloquer le compteur sinon la journée va paraitre très longue !

Poisson !!! C’est Arnaud qui ouvre les hostilités avec une perche qui semble maillée. Romain chope l’épuisette, la descend 4m plus bas ( épuisette « iso » obligatoire). Ouf, à 10cm prêt ça passe, la perche rentre dedans ! 

P1030695

Mesure, photo, envoi du SMS et c’est enfin partit !!! Le type de poste est trouvé, la technique aussi, la motive est à fond, ça va scorer ! Mais la suite de l’histoire sera pour un autre article disponible sur le lien suivant : http://nostressfishing.canalblog.com/archives/2014/12/26/31205733.html